[logiciel creation site] [creation site web] [creation site internet] [qui sommes nous]
[la vie parisienne 2014]
[retrospective]
[les saltimbanques]
[la fille angot]
[la vie parisienne]
[girofle girofla]
[la mascotte]
[le voyage dans la lune]
[le cabaret]
[le baron tzigane]
[la grande duchesse]
[la belle helene]
[l'auberge du cheval blanc]
[les mousquetaires]
[la perichole]
[la fille angot]
[la vie parisienne 2014]
[animations historiques]
[atelier vocal]
[contact]
[Accueil]
[Me contacter]

LA PARTITION

Acte I


Ouverture - Chœur des bohémiens - Chœur des bateliers - Entrée de Barinkay "Longtemps j'ai parcouru le monde" - Ensemble "J'en avais le pressentiment"- Zsupan "Chanson du cochon" - Couplets du canon (Mirabella et choeurs) "Quelle formidable bataille"- Arsena et ensemble "Honneur à la plus belle" - La chanson du retour (Barinkay) - Saffi "Chanson des tziganes" - Ensemble "O douce nuit" et final I "Je suis le Baron Tzigane".


Acte II


Scène et duo "Oui, tu seras ma femme" (Czipra, Barinkay, Saffi) - Trio du rêve "Rêve charmant" (Saffi, Barinkay, Czipra) - Chœur des enclumes - Duo de l'hymen "Qui nous unit ? Dis-le !" (Barinkay, Saffi) - Chanson du recruteur (Homonay) - Final II "O doux émoi".


Acte III


Marche et Chœur de victoire (Choeurs) - Valse de Vienne (Choeurs) - Polka - Chanson de Zsupan ( Zsupan et les Choeurs) - Choeur et drill des soldats (Choeurs) - Final III (Ensemble et les Choeurs).

  

L'ARGUMENT

Acte I : L'action se passe en 1738 au bord de la rivière La Bega, près de la demeure de Zsupan.

La bohémienne Czipra raconte à ses compatriotes comment, il y a vingt ans, dut s'exiler le hongrois Andréas Barinkay, maître du domaine où vit leur tribu. Banni par les Autrichiens, il dut quitter la Bohème avec sa femme et Sandor, son jeune fils. Avant de partir, il cacha un immense trésor dans son château. Czipra sait qu'Andréas et son épouse sont morts, mais elle ignore ce qu'est devenu Sandor. Le trésor excite bien des convoitises, notamment celles d'Ottokar qui compte sur sa découverte pour obtenir la main d'Arsena, fille de Zsupan, riche éleveur de porcs, qu’il aime. Sandor fait son entrée. Carnero, commissaire royal, lui annonce que les accusations portées contre son père se sont révélées fausses. Il peut donc reprendre possession de ses biens ou plutôt ce qu'il en reste, car depuis 20 ans ils ont été perdus ou volés, en particulier par Zsupan, qui s'est emparé des terres.
Czipra, suivie par la belle Saffi, reconnaît avec joie le fils de son maître. Saffi est très troublée à la vue de Sandor. Zsupan fait la connaissance de Barinkay, ce qui ne l’enchante guère : il va falloir délimiter les domaines respectifs des deux hommes. Un compromis est trouvé : Sandor convolera avec Arsena. Mais celle-ci aime Ottokar et pour gagner du temps, annonce à Sandor qu’elle ne l’épousera pas avant qu’il soit devenu Baron. La nuit tombe. Dissimulé, Barinkay remarque Saffi qui se promène en chantant. Il trouve la jeune fille adorable et se la fait présenter par Czipra. Ottokar apparaît... Il rejoint Arsena et la prend dans ses bras. Surprise et colère de Barinkay.
Les bohémiens envahissent la scène et acclament Sandor Barinkay qu'ils reconnaissent pour leur chef. Barinkay fait appeler Zsupan et annonce qu'il est devenu baron, " le baron tzigane ". On lui rit au nez. Le jeune homme, annonce au marchand de porcs qu’il renonce à Arsena et qu'il va épouser Saffi. Fureur de Zsupan et de ses compagnons, joie de Saffi et des bohémiens.

Acte II: Le camp des bohémiens près du château en ruine de Sandor.

Duo d'amour entre Sandor et Saffi. Puis, grâce à un rêve de Saffi, Sandor met la main sur le trésor de son père. Il le remet aussitôt dans sa cachette. Ottokar s'aperçoit que le trésor a été découvert. Il prévient Carnero qui, prétextant que l’or a été enfoui en temps de guerre, veut le confisquer au bénéfice de l'État. La situation s'envenime et il faut l'arrivée du Comte Homonay pour que le calme se rétabIisse. Le Comte est chargé d'enrôler des volontaires pour l'armée qui part en guerre. Barinkay et ses bohémiens sont volontaires. Ottokar et Zsupan sont pratiquement enrôlés de force. Barinkay affirme que l'or lui appartient, mais qu'il l'offre à sa patrie. Homonay le remercie. L'acte se termine sur un coup de théâtre. Czipra, preuves à l'appui, révèle que Saffi n'est pas sa fille, mais celle du dernier Pacha de Hongrie. Sandor est désespéré, il ne s'estime plus digne de sa jeune épouse.
Mais c'est le moment du départ pour la guerre.

Acte III: Vienne, 1740

Les armées sont victorieuses. Les bohémiens et à leur tête Sandor Barinkay se sont particulièrement fait remarquer pour leur bravoure.
Voici l'arrivée des vainqueurs. Tout d'abord Zsupan, couvert de médailles qu'il a trouvées on se demande où. Il raconte ses aventures tragi-comiques et parle de sa reconnaissance pour Sandor qui lui a sauvé la vie. Puis voici Ottokar en tenue d'officier. Pour l'amour de sa belle, il est devenu brave et a même été décoré. Barinkay s'avance sous les acclamations. Homonay félicite les troupes et distribue les récompenses, qui sont modulées selon les mérites de chacun : rien pour Zsupan, la mise à la retraite pour Carnero. Sandor Barinkay est nommé Baron de l'Empire et est reconnu légitime propriétaire du trésor. Zsupan lui rappelle que sa fille est à lui. Barinkay accepte la main d'Arsena... pour la donner à Ottokar. Il abandonne aux futurs époux les terres que Zsupan lui avait volées. Aussi le marchand de porcs se résigne facilement au mariage de sa fille.
Mais qu’est devenue Saffi ? Un officier de hussards apparaît, remet un message à Homonay et s'approche de Barinkay stupéfait qui reconnaît... Saffi. Elle raconte comment elle l’asuivi sur le front pour le revoir et le protéger.

Le Baron Tzigane
de Johann Strauss

Accueil